top of page

Plus d'un millier de personnes manifestent pour soutenir Israël et sa population

Dernière mise à jour : 16 oct. 2023


Crédit Tribune de Genève

Mercredi 11 octobre, plus de 1500 personnes se sont réunies sur la place des nations pour se tenir aux côtés d'Israël et de sa population pour exiger la libération des otages immédiate et sans condition.

L'association Suisse-Israël, dont M. Victor Gani est le président, est à l'origine de ce rassemblement. Le vice-président, M. Jaime Bibalo a rédigé un pétition, lue pendant l'événement et maintenant diffusée dans divers institutions diplomatiques, la croix rouge et jusqu'au Vatican.


Ses Excellences Mesdames Meirav Eilon Shahar représentante permanente d'Israël à l'ONU et Mme Ifat Reshef, ambassadrice d'Israël pour la Suisse et le Liechtenstein se sont adressées à la foule présente d'une manière saisissante.


Très affectées à titre personnelle, les discours diplomatiques ont laissé place à des messages cœurs à cœurs ou les mots manquent pour décrire la stupéfaction.

Le 7 octobre restera une journée de l'infamie (SE Meirav Eilon Shahar)

La violence avec laquelle les civils Israéliens ont été traité ne peuvent s'inscrire dans un combat de libération. Le mot pogrom a été prononcé à plusieurs reprises.


Mme la présidente du Grand Conseil, Mme Céline Zuber-Roy a clairement dénoncé ces actes de terrorisme.

Plusieurs orateurs, dont le Dr. Grégory Laftite et M. François Zimeray ont apporté leur contribution a cet événement.

C'était le point culminant de centaines d'attaques et de discours de haine au fil des ans. Si nous ne comprenons pas comment la communauté du renseignement n'a pas vu venir cet attentat, nous devons nous demander comment il se fait que le monde entier n'ait pas vu venir ce paroxysme de la haine des juifs. Comment le monde entier a-t-il pu percevoir le terrorisme palestinien comme un combat légitime ? Pourquoi sommes-nous restés silencieux lorsqu'Israël a été traité différemment des autres nations ? (Dr. Grégory Laffite)

L'événement s'est terminé au chant de la Hatikva interprété par Rebeka Nassanian.


L'association Gesher Ha'haïm a déployé sa force opérationnelle pour aider à mettre en place les aspects logistiques et rendre l'événement possible en 72 heures.


Son président, Richard Pittet, s'est adressé en conclusion par un appel à toutes les bonnes volontés de se manifester localement pour lutter contre l'antisémitisme et soutenir toutes les associations qui œuvrent au soutien d'Israël en ce moment et celles qui lutte contre l'antisémitisme.


Voici son discours :


"Mesdames et Messieurs, en vos titres et fonctions, chers amis,


Il m’a été confié la tâche de clôturer cet événement.

Je m’appelle Richard Pittet, je suis le président et le co-fondateur de l’association Gesher ha’haïm.


Chaque année notre organisation se joint à une initiative mondiale de marche dans les rues de villes pour faire mémoire d’événements traumatiques en lien avec l’histoire des communautés juives dans le lieux des marches et se positionner face à l’anti-sémtisme.

Il n’est pas rare que nous terminions nos événements par la fameuse phrase:

”Plus jamais ça !”

Or il semble que “ça” soit de retour et qu’il ait un visage.

Nous sommes tous interdits par les horreurs qui sont découvertes jour après jour.

Nous sommes stupéfaits que cela se reproduise envers des proches, des amis, des connaissances, des personnes qui vivent en Israël aujourd’hui.


Au-delà de l'incompréhensible, ce qui l’est plus encore ce sont les réactions ici, là ou ce n’est pas faute d’avoir informé, éduqué, sensibilisé, pour certains témoignés de leur traversée de l’horreur.


Entre ceux qui se réjouissent et approuvent, ceux qui légitiment ces actes de barbarie, ceux qui trouvent des excuses, ceux qui hésitent à nommer les choses pour ce qu’elles sont, il y a encore tous ceux qui se taisent devant l'inacceptable.


Chers amis refuser de qualifier les événements de ces derniers jours et reconnaitre qu’il s’agit de terrorisme, de barbarie antisémite, c’est participer à leurs apologies et leurs expansions.


Beaucoup sont dans l’attente de réponses politiques ou de responsables d’associations, et c’est nécessaire. Mais les changements sociétaux viennent de vous et moi par la posture et les choix que nous faisons au quotidien.


Le temps est à l’urgence, à l’aide, au soutien puis viendra le temps de la consolation car Israël vaincra. Mais lorsque cela sera terminé, ce qui vient de se passer ouvre, à mon sens, une nouvelle perspective au combat contre l’antisémtisme. Défendre le droit du peuple juif à exister comme nation est plus que jamais un combat contre l’antisémitisme. Des centaines de gens ont perdu et perdent encore leur vie à cause de “ça”.

Je vous adresse donc un appel.

Ce soir, vous rentrerez chez vous. Je vous invite dès demain à agir de toutes les manières possibles. Utilisez vos voix, vos plumes, votre argent, votre temps pour vous tenir au côté d’Israël et du peuple juif. Faites face aux mensonges, la désinformation, la haine, travailler à réduire ces emprises sur les gens qui vous entourent.

L’association Suisse-Israël travaille dans ce but en construisant des relations d'amitié entre nos deux pays depuis des décennies. D’autres associations travaillent dans différents domaines pour que cette haine barbare n’ait plus de place dans nos sociétés et pour que demain nous n’apprenions plus à faire la guerre.

Aujourd’hui ces associations travaillent activement à l’aide de la population sur place.

Rejoignez les, soutenez les, encouragez les !


JE SUIS ISRAEL, AM ISRAEL HAI !"





286 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page