top of page

Journée nationale de solidarité Judéo-Chrétienne à Berne

Dernière mise à jour : 14 oct. 2023



Dites parmi les nations : l'Eternel règne (Psaumes 96:10)


Chaque année le réseau des associations qui œuvrent en faveur d'Israël (IWS) organise une journée sur la place fédérale à Berne pour manifester son amitié, son soutien au peuple juif et à la nation d'Israël. Ce réseau représente une quarantaine d'associations dans toute la Suisse.

Mme l'ambassadrice d'Israël à Berne Ifat Reshef, Mme Patricia Bidaux, députée au Grand Conseil Genevois, M. le Rabbin Elimelekh Marelus et Jobst Bittner, fondateur du mouvement marche de vie, et les responsables de IWS, Mme Chrtistina Bumbacher Berli, Werner

Woiwode on été les orateurs principaux de cette journée marquée par la solidarité et la volonté d'unir la Suisse et Israël, les chrétiens et les juifs vers un futur commun.

D'une part, Son Excellence a exprimé toute sa reconnaissance pour les soutiens de tous les chrétiens en Suisse pour son peuple et sa nation.


D'autre part, Mme Bidaux et d'autres ont rappelé la reconnaissance envers Dieu et le peuple juif d'avoir pu bénéficier des fruits de leur foi. "Je dois restituer ma foi chrétienne au peuple juif", s'est exprimée Madame la députée du centre au Grand Conseil Genevois, pendant que d'autres ont rappelé que la foi chrétienne n'a pas d'existence propre, mais qu'elle doit tout au peuple juif.


Jobst Bittner, fondateur du mouvement "Marche de vie" a soulevé son inquiétude quant à l'indifférence des chrétiens envers le peuple juif et Israël. Il a laissé un vibrant appel aux quelques 600 personnes présentes ce jour sur la place fédérale à ne pas être indifférent.


Le président de l'association Gesher Ha'haïm Richard Pittet, est aussi intervenu lors de cette manifestation en évoquant la figure de Ruth et son indeféctible solidarité envers sa belle-mère Naomie.

Malgré la pluie battante, toutes les personnes son restées jusqu'au bout, touchées, encouragées à renouveler leurs engagements lors d'une prise de position menée par Werner Woiwode en fin d'événement.

La manifestation s'est dissoute dans la paix et la bonne humeur, les participants voyant déjà la rencontre de l'année prochaine.


Discours de Richard Pittet, président de l'association Gesher Ha'haïm :


"Excellence Madame, Ifat Reshef, ambassadrice d’Israël à Berne, Madame Patricia Bidaux députée du grand Conseil Genevois, Monsieur le rabbin Marelus, Cher Jobst et Charlotte Bittner, Mesdames et Messieurs en vos titres et fonctions, Mesdames, Messieurs, Chers amis,

Je tiens tout d’abord à remercier le comité d’organisation pour l’honneur qui nous est fait de pouvoir nous exprimer sur cette place fédérale dans le contexte de ce rassemblement de solidarité Judéo-Chrétienne.


Je m’appelle Richard Pittet et j’habite Genève. Je suis le co-fondateur avec six autres personnes d’une association nommée Gesher Ha’haïm qui a vu le jour le 13 janvier 2019. Cette association a pour but de créer des liens d’amitiés entre les communautés juives et chrétiennes. Elle se positionne face à l’antisémitisme et toutes formes diffamations envers lesdites communautés. Nous organisons chaque année une marche de vie à Genève et d’autres événements en lien avec l’histoire et la culture juive ou chrétienne.


Être solidaire se dit de personnes qui se sentent liées par une responsabilité et des intérêts communs.

J’aime personnellement cette idée. Mais sommes-nous conscients, nous chrétiens, de nos liens et de notre responsabilité commune avec le peuple juif ? J’aimerais faire référence au livre de Ruth. J’espère que vous en connaissez l’histoire. Sinon vous la lirez ce soir.


Ce qui est très marquant dans ce livre, c’est la solidarité sans concession de Ruth envers Noami.

Une solidarité qui la conduite à abandonner son peuple et ses dieux pour embrasser le peuple et le Dieu de Naomi d’une manière radicale. Son engagement auprès de sa belle-mère était si remarquable qu’elle reçut la faveur de tous et particulièrement de Boaz, dans le champ duquel elle vint glaner pour se nourrir et nourrir sa belle-mère. L’histoire raconte que Boaz la prit finalement pour épouse et qu’il assura la descendance d’Elimelek, le défunt mari de Naomie.

Cette descendance fut même royale en la naissance du roi David. On pourrait presque dire que l’attitude de cette femme a permis l’avènement du Royaume de David.


“L’Eternel Règne”, c’est écrit dans les Psaumes. Pourtant nous prions « Que ton règne vienne » ? Qu’est-ce que cela veut dire ? Il suffit de lire les actualités pour se mettre d’accord. Si Dieu régnait sur cette terre, y aurait-il encore des guerres ?

Mais alors pourquoi se règne tarde-t-il ? Dieu Est-il occupé, est-il en vacances ? Certainement pas, mais peut être fait-il preuve de patience envers nous ? Sommes-nous vraiment prêts à accepter ce règne ?

Sommes-nous conscients que celui qui l’exercera est un Roi juif de la descendance de Boaz et Ruth, puisqu’il est le fils de David ? Il rétablira premièrement le royaume d’Israël puis dominera ensuite toutes les nations depuis Jérusalem ?


Pendant plus de 1600 ans la chrétienté s'est comportée comme une Ruth qui a tenté de voler le champ de Boaz dans lequel elle était venue glaner. Elle a cherché ensuite à dénaturer l’histoire pour laisser Naomi les mains vides.

Aujourd’hui, en tordant le sens de certains passages bibliques, la chrétienté explique à Boaz que nous sommes dans une phase d’accomplissement qu’il n'y a plus ni juif, ni grecque alors le champ c’est fifty/fifty.


Nous n’arrivons pas à admettre, que nous non-juifs, nous avons glané dans un champ qui ne nous appartenait pas et que nous avons tous reçu du peuple juif. Car dans les faits, la foi chrétienne tel que décrite dans les écrits apostoliques n’a pas de racine juive, elle était une foi juive parmi d’autres.

Tous ce que nous croyons, lisons, prions, nos références, notre espérance, tout absolument tout vient du peuple juif. En adhérant à cette foi, en réalité, nous avons été joints à une histoire qui ne s’est jamais interrompue, celle du peuple juif.


Pouvons-nous entendre cela ? Cela nous ne donne-t-il pas une responsabilité et un devoir envers ce peuple ? Nous sommes bénéficiaires de quelque chose qui leur appartient et en cela nous devrions les honorer.


Si la solidarité de Ruth envers Noamie a permis d’une certaine manière l’établissement du Règne Davidique, et je vous laisse cette question en guise de conclusion, ne créerions-nous pas, en acceptant notre dépendance, notre responsabilité communes aux côtés d’eux, les conditions pour que le fils de David Rétablisse le Royaume d’Israël et établisse le Règne de l’Eternel sur la terre ?

Je vous remercie."


227 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout

2 Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
Muriel Dubois
Muriel Dubois
Oct 11, 2023

Merci M Pittet pour la clarté de vos propos. oui Jesus-Christ veut dire ce que ça veut dire :Yeshua Hamashiah

Yeshua Roi des Yehoudim.

si il est le Messie (conception absolument hébraïque et juive).

aussi, si Yeshua veut dire le secours, le salut, le sauvetage et bien “le salut vient des Yehoudim ( comme Celui qui l’a dit à la samaritaine au puits).

Il est le même, Il est le “Ici et Maintenant” pour celui qui entend aujourd’hui Sa Voix ne pas endurcir nos cœurs . Sh’ma Israël…


alors redonnons la véritable identité à ce Roi des Juifs à sa famille orientale Qui n’a jamais voulu créer une nouvelle religion, un nouveau peuple, une nouvelle promesse…

ce qu’Il a dit…


Like

Rated 5 out of 5 stars.

Magnifique - belle explication cette torsion de l’histoire de Ruth… hélas très vraisemblant.

Like
bottom of page